20-26 Mars 2006 – Déclenchement d’une crise mondiale majeure : « La fin de l’Occident tel qu’on le connaît depuis 1945 »

Nous estimons désormais à plus de 80% la probabilité que la semaine du 20 au 26 Mars 2006 voit se déclencher la principale crise politique mondiale depuis la Chute du Rideau de Fer en 1989, accompagnée d’une crise économique et financière d’une ampleur comparable à celle de 1929. Cette semaine de la fin Mars 2006 marquera le point d’inflexion d’évolutions critiques, entraînant une accélération de tous les facteurs conduisant à une crise majeure, même sans intervention militaire américaine ou israélienne contre l’Iran. Dans le cas d’une telle intervention, les probabilités d’une crise majeure atteignent 100%, selon LEAP/E2020.

L’annonce de cette crise résulte de l’analyse de décisions prises par les deux acteurs-clés de la crise internationale principale actuelle que sont les Etats-Unis et l’Iran :
! il s’agit d’une part de la décision iranienne d’ouvrir à Téhéran le 20 Mars 2006 la première bourse pétrolière en Euros, ouverte à tous les producteurs de pétrole de la région ;

! et d’autre part, de la décision de la Réserve Fédérale américaine d’arrêter à partir du 23 Mars 2006 de publier les chiffres de M3 (l’indicateur le plus fiable sur la quantité de dollars circulant dans le monde).

Ces deux décisions constituent à la fois les indices, les causes et les conséquences de la transition historique en cours entre l’ordre créé après la 2° Guerre Mondiale et le nouvel état d’équilibre international en gestation depuis l’effondrement de l’URSS. Leur magnitude comme leur simultanéité vont agir comme un phénomène catalyseur de toutes les tensions, faiblesses et déséquilibres accumulés depuis plus d’une décennie dans le système international.

Nous avons ainsi identifié 7 crises convergentes (dont les deux premières sont analysées dans la section Télescope du présent numéro de GEAB) que les décisions américaine et iranienne de la semaine du 20 au 26 Mars 2006 vont catalyser en crise globale, affectant toute la planète dans les domaines politique, économique, financier, et probablement militaire : perte de confiance dans le Dollar, explosion des déséquilibres financiers américains, crise pétrolière, disparition du leadership américain, défiance vis-à-vis du monde arabo-musulman, inefficacité de la gouvernance mondiale et incertitudes sur la gouvernance européenne. La suppression de la publication de M3 par la Réserve Fédérale américaine illustre désormais l’impuissance des autorités monétaires et financières américaines et internationales face à une situation qui les conduit à préférer supprimer les indicateurs plutôt qu’agir sur la réalité.

La « monétarisation » de la dette américaine est par ailleurs un terme très technique pour décrire une réalité d’une simplicité catastrophique : les Etats-Unis entreprennent de ne pas rembourser leur dette, ou plus exactement de la rembourser en « monnaie de singe ». Et ils anticipent une accélération du processus fin Mars en coïncidence avec le lancement de la Bourse Iranienne du Pétrole qui ne peut que précipiter les ventes de Bons du Trésor US par leurs détenteurs non-américains. Le choix de l’administration américaine va générer en outre une perte totale de confiance chez ses principaux alliés qui sont aussi souvent les principaux détenteurs de Dollars US (Royaume-Uni, Pays-Bas, Japon,…). Les conséquences diplomatiques, stratégiques et militaires en seront profondes et durables…

Lisez la suite dans le GEAB No 2 / 15.02. 2006