La fin du roaming, l’aboutissement d’une bataille face aux opérateurs et gouvernements mais aussi un fantastique coup de poker

roaming
La genèse de l’abolition du roaming, un combat inégal mené face aux opérateurs, aux gouvernements et aux lobbyistes, mais un dénouement favorable aux consommateurs.

Dès demain, les citoyens de l’Union européenne ne payeront plus aucun surcoût lorsqu’ils utiliseront leur téléphone mobile pour appeler, envoyer des SMS ou surfer sur le net depuis un autre pays de l’Union, la fin d’un long chemin semé d’embuches et l’aboutissement d’une bataille menée face aux grands opérateurs. La fin du roaming, c’est aussi la fierté de Viviane Reding jadis commissaire européenne aux Télécommunications qui a lancé en 2004 la première attaque ciblée sur les frais d’itinérance en Europe comme le rapporte l’Opinion qui l’a interviewée.

Cette dernière se souvient d’ailleurs dans les lignes du quotidien français, du bras de fer politique et parfois judiciaire qu’elle a du mener pour mettre fin à cette arnaque : « Les grands opérateurs ont tout fait à l’époque pour m’empêcher de mettre un projet de loi sur la table. Au lieu d’investir dans des forfaits intéressants pour leurs clients, ils ont dépensé des sommes colossales dans des bataillons de lobbyistes, et ce pendant des années. Ils m’ont aussi amenée devant la Cour de Justice de l’UE, où bien sûr ils ont perdu. Ils jugeaient vraiment inconcevable qu’un responsable politique prépare une loi pour intervenir sur le marché. Mais leurs marges atteignaient presque 100 %, c’était franchement de l’arnaque. Cette affaire du roaming est aussi une victoire des consommateurs. » …

Lisez la suite : Universfreebox, 14.06.2017