Achaque rentrée, les étudiants d’Harvard surveillent fébrilement le plancher de leur chambre. Seule une poignée d’entre eux reçoivent en octobre une lettre cachetée à la cire, glissée sous leur porte par un messager anonyme…

Lire la suite : Levif.be, 30.05.2018