Un raz-de-marée nationaliste submerge la Corse

corse

À 18 heures, dans l’ancien hôtel de ville de Bastia, le maire nationaliste, Pierre Savelli, proclamait le scrutin clos. À 18 h 01, avec un sens certain de la mise en scène, Gilles Simeoni faisait son entrée dans ce bureau symbolique où sa victoire aux municipales en 2014 avait marqué le début de la conquête de la Corse par les nationalistes. Le dépouillement est sans appel: la liste Femu a Corsica recueille 46 % des voix à Bastia. Les applaudissements fusent et Gilles Simeoni scrute son smartphone pour observer les résultats qui tombent, invariables d’un bureau de vote à l’autre: la liste Femu a Corsica de Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni a littéralement écrasé ses adversaires pour ce premier tour des élections territoriales, recueillant au total 45,36 % des suffrages sur l’île…

Lire la suite : Le Figaro, 03.12.2017