Phase d’accélération de la crise : Sept conséquences concrètes pour les acteurs et décideurs économiques et politiques

LEAP/E2020 considère donc que c’est au cours du mois de Juin 2006 que ces pertes de confiance sectorielles, en voie de généralisation dans chaque secteur, devraient converger pour produire l’accélération du processus de crise. Cette accélération, qui devrait s’étendre sur 3 à 6 mois, aura notamment sept conséquences concrètes essentielles.

Conséquence 1 – L’effondrement accéléré du Dollar. Depuis que LEAP/E2020  a lancé son Alerte à propos de la crise systémique  mondiale  (15 Février 2006), à un moment où l’immense majorité des analystes anticipait une année favorable au Dollar US, le taux EURUSD est passé de 1,18 à 1,29. Et cette dépréciation du Dollar US a également eu lieu vis-à-vis de toutes les monnaies majeures (Yen, Franc suisse, Livre Sterling, Yuan,… ).

Pendant trois mois, les médias internationaux et les analystes ont tenté de traiter cette évolution par l’indifférence, comme si elle n’était qu’un accident de parcours dans une perspective nécessairement favorable au Dollar US. L’immense majorité des opérateurs intervenant sur le marché monétaire, et surtout sur la psyché collective des opérateurs de bourse, restait donc sereine et n’entamait aucun mouvement propre à déstabiliser un système fondé sur ce même Dollar US. Car, et c’est là un des facteurs éclairants de ces derniers jours, une perte de confiance dans le Dollar US est synonyme d’une perte de confiance dans l’économie  américaine,  puisque depuis 1971 – et la décision de Nixon de couper le lien entre le Dollar US et l’or – le Dollar US ne repose plus que sur la confiance de ses détenteurs dans la santé de l’économie américaine.

Un Dollar (ou un actif en Dollar) n’est plus en fait, depuis cette date, qu’une fraction de l’économie des Etats-Unis. Si pendant des décennies, la confiance dans le Dollar a été l’un des principaux atouts de  la  puissance  économique  américaine  (et  même  de  la  puissance  tout  court  de  ce  pays), inversement, une crise forte et durable de confiance dans le Dollar entraîne automatiquement un affaiblissement de cette même puissance…

Lisez la suite dans le GEAB No 5 / 15.05. 2006