Lire le communiqué public
Perspectives
pic geab 129 rouge Géopolitique des religions : 2020, le clash des monstres de Frankenstein

Les millions de dollars déversés en Amérique du Sud par les Églises évangéliques viennent de faire tomber dans leur sébile la huitième puissance économique mondiale (Brésil), sachant que la première (États-Unis) leur est déjà bien acquise. En Afrique, ce sont les Pentecôtistes qui répandent leur haine de l’autre et tentent de placer leurs aficionados aux gouvernements. La sixième puissance mondiale (Inde) et son immense diaspora exsudent de leur côté un radicalisme hindou au nom duquel Chrétiens et Musulmans sont immolés à la petite semaine. Dans l’ASEAN, les Bouddhistes dits « safran » commettent des atrocités sur les Rohingyas de l’est du pays, mais ils sévissent également en Thaïlande et au Sri Lanka. Quant à la douzième puissance (Russie), son « patriarcat de Moscou et de toute la Russie » a répandu dans toute son ancienne zone d’influence, monastères et églises flambant neuves. Plus documentés sont les dégâts réalisés par les millions de pétrodollars saoudiens via Al-Qaïda, Daesh, Boko Haram, etc., ou encore le Hezbollah lié à l’Iran. Les intégristes juifs colonisent les territoires occupés palestiniens.

Partout la même technique et les mêmes objectifs : financer un radicalisme religieux à des fins géopolitiques d’expansionnisme territorial. Mais ces mouvements, en partie nés dans les officines des renseignements généraux, ont développé une vie qui leur est propre, nourrie des inquiétudes économiques et civilisationnelles des populations. Désormais, ces mouvements s’associent aux mouvements politiques dits nationalistes, et se rapprochent graduellement du pouvoir, laissant leurs créateurs impuissants à les contrôler. Cette combinaison de fanatisme, de nationalisme, d’impérialisme et de rêve de pureté ethnique, est pourtant familière… Mais le risque de voir prochainement l’humanité sombrer dans un nouvel épisode de folie sanguinaire organisée (guerres et/ou systèmes totalitaires) apparaît suffisamment élevé à notre équipe pour que nous nous décidions à lancer une alerte.

Certes, les bourses risquent de s’effondrer d’ici 2020, mais ce ne sera pas ce que l’Histoire retiendra de la période qui s’approche, si malheureusement nous voyons juste…

Crise systémique globale et Renaissance 4.0

Nous le répétons souvent : la période de l’histoire de l’humanité que nous traversons actuellement est de même nature – mais de plus grande ampleur – que la Renaissance. Comme au XIVe siècle, nouvelles technologies et ouverture au monde provoquent une transformation profonde et radicale de l’humain et de ses sociétés.

La Renaissance est restée – à juste titre – dans l’Histoire comme une période incroyablement positive en matière artistique, philosophique (humanisme), économique (grâce notamment à l’invention de la finance moderne). Pourtant, la Renaissance est née dans la douleur (peste, guerres et servage de l’époque médiévale, hérésies religieuses et réponse de l’Inquisition…) et a engendré d’autres souffrances (guerres de religion du XVIe siècle, d’ailleurs issues des hérésies et du servage du Moyen-Âge[1]).

Cette nouvelle forme de Renaissance que nous propose le XXIe siècle a pour caractéristique de s’inscrire dans un temps beaucoup plus court que celui des XIV, XV et XVIe siècles. C’est ainsi que des guerres de religions se profilent déjà à ... Lire