Home Blog Rapport – Pauses-débats de l’anticipation (session 1) : Le risque est-il gérable ?

Rapport – Pauses-débats de l’anticipation (session 1) : Le risque est-il gérable ?

Dans le cadre de leur partenariat, jeudi 27 janvier, LEAP & INSEEC ont eu le plaisir d’inaugurer un nouveau format de rencontre : les Pauses-débats de l’anticipation. A une fréquence mensuelle, ces séances en ligne regrouperont enseignants et étudiants de l’INSEEC et des lecteurs du GEAB pour une présentation et une discussion autour du travail d’un « acteur du futur ».

Alain Asmar, directeur de la gestion des risques chez Panda Retail, Savola group à Jeddah, nous a fait le plaisir d’inaugurer ce format. Il répondait à la question : le risque est-il gérable ?

Comme souvent, « ça dépend ! »… de multiples facteurs.

Le gestionnaire de risque est chargé d’identifier et de quantifier les risques afin de proposer des solutions pour les réduire et contribuer à la mise en place de la solution retenue. Ces risques se déclinent en deux catégories : systémiques (externes) et internes. Deux solutions complémentaires sont à sa disposition, anticiper et protéger : pour gérer efficacement ces risques, il est nécessaire de les anticiper ; de cette manière, l’entreprise, sur les conseils du gestionnaire, pourra mettre en place les protections nécessaires pour que leurs impacts soient limités.

Au quotidien, le maître mot de la gestion de risque est « communication » ! Une communication efficace 1/ entre les différents services sur les risques internes et 2/ du gestionnaire de risque vers le reste des équipes concernant les risques systémiques, est indispensable à l’anticipation et la protection face aux menaces. Cette communication doit s’appuyer sur les Key Risk indicators, des outils internes et externes à l’entreprise qui fournissent des indications sur les directions d’où peuvent survenir des crises. La circulation de ces informations doit faire l’objet d’un équilibre subtil : elles doivent être adressées aux bonnes personnes, aux bons moments, sans être ni trop alarmistes, ni trop rassurantes. Sur la base de cette communication, une stratégie de gestion des risques pourra être élaborée, développée et évoluer.

Comme toujours en anticipation, il est nécessaire de se créer un réseau d’information : le gestionnaire de risque ne peut tout savoir et doit donc s’entourer d’un maximum de monde. Ce qu’il apporte à ce réseau, c’est la reconnaissance de l’importance du risque ; ce qu’il en retire est une information d’une qualité d’autant plus importante.

L’enjeu d’avenir est de viser la résilience de l’organisation : comment faire pour qu’elle soit capable de résister au pire ? Ce faisant il est capable d’identifier les risques irréversibles et permet donc aux dirigeants de prendre les décisions nécessaires au développement de l’entreprise, en conscience.

Nous invitons tous nos lecteurs à participer à cette série d’événements qui, nous l’espérons, vous sera utile pour pratiquer l’anticipation dans votre vie de tous les jours, professionnelle et personnelle. Ce nouveau projet est pensé, au même titre que le GEAB, comme un outil d’aide à la décision pour vous permettre de vous approprier notre méthode d’anticipation et ainsi être capable de prévoir pour agir.

_______________________

Retrouvez la GEAB Community sur LinkedIn pour en parler !

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Articles en relation
Extraits
12 Mai 2022
gratuit

Prochainement le GEAB du mois de mai. Au sommaire

Extraits
05 Mai 2022
gratuit

Les mondes virtuels du web3 fourmillent bien au-delà de l’Occident

Update
28 Avr 2022
gratuit

Rapport Pause-Débat de l’Anticipation session 4 : qu’est-ce qu’un stratège pour le futur ?