Home GEAB 169

GEAB 169

Le bulletin mensuel du Laboratoire européen d'Anticipation Politique (LEAP) - 15 Nov 2022
L'Extrait public

Vous avez aimé le transhumanisme ? Vous allez adorer le posthumanisme !

Si le premier, tout en souhaitant une augmentation de l’humain, affirmait encore sa centralité, le second entend définitivement dépasser l’humain et l’humanisme pour poser au centre de l’édifice les outils qu’il a créés. Les préfixes ont leur importance : « trans » indique ici la notion « au-delà » et dessine donc les éléments allant au-delà de l’humain ; « post » signifie « ce qui vient après » et établit donc ce qui vient après l’humanisme[1].

Du point de vue de notre équipe, le premier est hypothétique, du genre utopiste qui bascule (trop) facilement dans la dystopie[2]. Le second adviendra quoi qu’il arrive, l’humanisme, comme toute idéologie, n’est pas éternel, et sera succédé par un autre paradigme. Arrêtons-nous un moment sur cette notion qui, sur le fond, risque bien de motiver de nombreuses stratégies par le monde.  Que pourrait-il y avoir après l’humain dans le cadre du continuum de progrès dans lequel s’inscrivent sans doute les avocats de ce genre de théorie ?

Il pourrait bien y avoir rupture. Finalement le monde a toujours oscillé entre humanisme (plaçant l’humain au centre) et pensée (plaçant les idées de l’humain au centre). On repèrera facilement deux grandes formes de la seconde catégorie : religions et idéologies. Dans les deux cas, il s’agit d’« idées humaines » qui se mettent à un moment à prendre une place prédominante : les religions sont toujours nées d’un coup de balancier vers l’humain avant de venir écraser ce dernier sous ses dogmes et carcans; les idéologies sont nées d’idéalisme humaniste pour venir écraser l’humain sous leurs absolutismes de la liberté à la terreur, du marxisme au stalinisme, du futurisme au fascisme, du capitalisme au néo-totalitarisme[3], ou encore de l’écologie à l’écofascisme ou écototalitarisme[4], etc…).

Si le posthumanisme s’inscrit dans la continuité du trans-humanisme, alors ce sont les créations humaines pour dépasser sa propre condition qui seront érigées en croyance, en divinités. Là se situe la rupture, car religions et idéologies sont des systèmes d’organisation des sociétés humaines. Cette nouvelle étape nous proposera une foi en des créations matérielles, amélioration de nos capacités physiques (par la prise de « médicaments » ou une opération directe sur le corps) et intellectuelles (intelligence artificielle). Plus question de croire ou de douter en l’existence d’un Dieu ou en la pertinence d’une idée politique, tout ceci n’est que matériel.

Sans surprise, le grand mouvement humaniste ayant présidé à l’avènement d’Internet aboutit désormais à cette étape totalitaire, plaçant l’outil au-dessus des humains qui l’ont inventé. Si cette perspective n’annonce rien de bon pour les 20 ans à venir, elle permet aussi de comprendre que c’est un nouveau cahot de l’Histoire que l’humanité commence à traverser mais aussi que tous les espoirs sont permis sur l’issue de la sombre période qui s’ouvre.

 

Figure 1 – Représentation des diverses idéologies afférentes au transhumanisme et au posthumanisme. Source : hpluspedia

 

Si nous considérons le dépassement de l’humanisme, et donc l’avènement d’une forme de posthumanisme, comme inévitable c’est qu’il existe dès à présent un terreau fertile pour au moins trois raisons :

Les périodes de confinement en 2020 ont vu émerger sur les réseaux sociaux une tendance révélatrice sous le slogan « we are the virus »[5]. Constatant le retour d’une forme de vie sauvage animale dans des zones habitées où elle se faisait plus rare, certains humains se sont auto-perçus comme étant la cause intrinsèque de la destruction de la nature, voyant en ces manifestations de biodiversité florissante une forme de vengeance légitime[6]. Le prolongement logique, et terrifiant, de ce raisonnement est une éradication de l’humanité, puisqu’il s’agit d’un virus, pour laisser la place à la vie sauvage qui occupe la place légitime sur Terre. Un pas que ne franchissaient heureusement pas la majorité de ces internautes.

Néanmoins, une perte de foi en l’humanité est constatable au sein de la jeune génération dans de nombreux pays du monde. Une étude ambitieuse a questionné 10 000 personnes âgées de 16 à 25 ans dans dix pays différents pour sonder leur potentielle anxiété liée aux questions climatiques. A la question « l’humanité est-elle condamnée ? » 55% d’entre eux répondent par l’affirmative[7].

L’humanité a poussé si loin le progrès technologique que l’immense majorité de la population utilise aujourd’hui quotidiennement des outils dont elle est incapable d’expliquer clairement le fonctionnement[8]. Un smartphone ou un ordinateur, ne sont pas un marteau ou une scie. La plupart d’entre nous est incapable de comprendre, réparer, et donc de réellement maîtriser tous les outils numériques et électroniques devenus essentiels à notre vie quotidienne. Cette absence de maîtrise et de compréhension implique une forme de confiance, pour ne pas dire de croyance en l’efficacité de ses outils[9]. Une croyance qui pourrait être exploitée cyniquement par ceux d’entre nous qui maîtrisent justement ces outils, quand bien même cette maîtrise totale serait un leurre[10]. C’est parce que l’on ne sait pas, et ne peut pas savoir ce qu’il y a après la mort que les religions ont prospéré sur la promesse d’un paradis, d’une vie éternelle, et se sont ainsi donné les moyens d’imposer des dogmes.

Si l’humanité est condamnée, qu’elle agit comme un virus pour son habitat, et qu’elle dispose d’outils qu’elle considère comme plus efficaces qu’elle-même tout en étant incapable de les comprendre pleinement… qu’est-ce qui pourra bien empêcher « ce qui vient après », voir même ce qui « va au-delà » d’elle-même, de ce qu’elle avait créé comme le plus proche de sa propre condition, l’humanisme ?

Nous avons donc exploré ces idées dans les deux articles qui suivent. Le premier est consacré au sport parce que nous reconnaissons collectivement les athlètes comme les meilleurs d’entre nous selon des critères d’évaluation clairs. Si nous devons augmenter nos propres capacités physiques, il serait logique, et surtout socialement plus acceptable, de commencer par ce domaine. Cela nous a permis de tester le réalisme de ces idéologies, l’intelligence artificielle y est déjà largement utilisée, alors que l’athlète augmenté n’est encore qu’un mythe. C’était aussi bien entendu l’occasion d’anticiper les implications géopolitiques des organisations d’événements internationaux dont la coupe du monde au Qatar est un emblème. Le second est consacré à la fiction posthumaniste parce que nous lui reconnaissons la puissance de l’imagination et la valeur curative nécessaires pour appréhender des bouleversements d’une telle portée potentielle.

En espérant que ces pages n’altèreront pas votre foi en l’humanité, nous vous en souhaitons bonne lecture.

Retrouvez la GEAB Community sur LinkedIn pour en parler !

______________________

[1]     Source : The Conversation, 10/02/2021

[2]     Bien qu’il ne faille pas sous-estimer son potentiel de réalisation tant il attire des poids lourds économiques et politiques globaux. Source : Darren Winters

[3]     Source : Revue l’Esprit libre, 04/11/2015

[4]     Source : Wikipedia

[5]     Cf sur twitter par exemple

[6]     Source : Sage Journals, 10/06/2020

[7]     Les pays d’origines des personnes interrogées sont : Australie, Brésil, Finlande, France, Inde, Nigeria, Philippines, Portugal, Royaume-Uni, et Etats-Unis. Source : The Lancet, 12/2021

[8]     Source : Wired, 08/01/2014

[9]     Une idée exploitée dans le roman Fondation d’Isaac Asimov (Ed. Gnome Press, 1951) autour des technologies nucléaires notamment. Dans la société imaginée par l’auteur, les centrales nucléaires sont d’une efficacité et d’une longévité telle que, de générations en générations, ceux qui en assurent la maintenance finissent par ne plus du tout connaître leur fonctionnement, puisqu’ils n’ont jamais eu besoin d’intervenir dessus. Cette incompétence est ensuite exploitée par les membres de la Fondation qui ont, eux, assuré la transmission de ces connaissances, pour établir la religion de la science…

[10]   Source : Interesting Engineering, 06/04/2019

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Au sommaire

Rarement un événement sportif aura fait couler autant d’encre avant son lancement. La coupe du monde de football au Qatar débute ce mois-ci. Elle constitue un révélateur de la bascule [...]

Article rédigé par Mara Magda Maftei, Professeure des universités à l’Université d’Études Économiques de Bucarest, chercheuse invitée au Collège d’Études Mondiales, titulaire d’un doctorat en littérature française (2009), d’un doctorat [...]

Comme anticipé, les mid-terms étant bientôt passées, la Fed commence à préparer le ralentissement de son resserrement monétaire pour décembre. Goldman Sachs tente de faire croire à une baisse de [...]

Gestion de patrimoine – Que faire lorsqu’on est européen ? // Investissements – Trouver la sortie // Paradis fiscaux – De nouveaux horizons // Cryptos – C’est le moment // [...]

Articles en relation
GEAB
15 Nov 2022

Investissements, tendances et recommandations (nov)

#bourse #cryptos #immobilier #investissement #monnaies

Gestion de patrimoine – Que faire lorsqu’on est européen ? // Investissements – Trouver la sortie // Paradis fiscaux – De nouveaux horizons // Cryptos – C’est le moment // [...]

GEAB
15 Oct 2022

Investissements, tendances et recommandations (oct)

#bourse #cryptos #dollar #euro #investissement #monnaies #or

Monnaies – Avis de tempête // Dollar – Plus tôt que prévu…// Livre Sterling – Forever ? // Euro – Difficile à dire // Cryptomonnaies – Beaucoup de bruit… // [...]

GEAB
15 Sep 2022

Investissements, tendances et recommandations (sept)

#bourse #dollar #euro #immobilier #investissement #monnaies

Bourse : orage en vue pour les valeurs bancaires // EUR/USD : la chute se prolonge // Crise de l’immobilier en Chine : faillites en perspective… // Matériaux de construction : [...]