Home Les bulletins GEAB GEAB 119 L’internationalisation du yuan : une sécurisation pour la Chine de son système financier

GEAB 119

Le bulletin mensuel du Laboratoire européen d'Anticipation Politique (LEAP) - 15 Nov 2017

L’internationalisation du yuan : une sécurisation pour la Chine de son système financier

La décision chinoise d’introduire début 2018 des pétro-gazo-yuans convertibles en or est un pas important dans l’internationalisation du yuan. Il confirme la volonté de Pékin, affirmée depuis une décennie, d’imposer le renminbi (nom officiel de la monnaie chinoise) comme une monnaie de référence internationale. La décision prise par le FMI en octobre 2016 d’introduire le yuan dans son panier de monnaies (les Droits de Tirage spéciaux, ou DTS), après plusieurs réformes et une intense pression chinoise, avait constitué un pas essentiel dans cette internationalisation. La naissance du pétroyuan, plus d’un an plus tard, en est une autre.

Contradiction chinoise : la nécessité de contrôler et de libéraliser

Le gouvernement chinois devrait accélérer ce mouvement en s’appuyant sur une stratégie plus large. De ce point de vue, les signes ne manquent pas. En août, le gouvernement de Pékin a annoncé 22 mesures pour ouvrir l’accès aux marchés financiers[1]. Un mois plus tard, un rapport du groupe d’experts China Finance 40 Forum, qui intègre des membres de la banque centrale, la Banque populaire de Chine (PBoC), appelait à aller plus loin dans la libéralisation du marché du yuan dès à présent. Début octobre, Zhou Xiaochan, le gouverneur de la PBoC depuis 15 ans, en passe de quitter son poste à la fin de l’année, plaidait pour une « triple libéralisation » : celle des capitaux, du commerce et du yuan[2]. Selon lui, la Chine ne doit pas attendre « que les conditions soient mûres » pour laisser flotter librement le yuan. Pour le gouvernement de la PBoC, le développement économique futur de la Chine passe par l’internalisation du yuan qui attirera les capitaux étrangers. Ce serait alors un coup de pouce à une croissance fragile et artificiellement gonflée par le crédit.

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Au sommaire

Comme nous l’anticipons depuis deux mois, la fin de l’année 2017 est riche en rebondissements et risques d’escalade divers. Actuellement, tous les yeux sont de nouveau tournés vers le Moyen-Orient, [...]

Fin 2017-début 2018, toutes les grandes banques centrales occidentales sortent des politiques monétaires non conventionnelles, les fameux quantitative easing (QE) qui ont permis d’approvisionner en liquidités les banques en manque [...]

– Iran… Allemagne, France et Norvège ont signé une série de contrats avec l’Iran. Ils ne sont pas les seuls en Europe, et ce malgré les avertissements et les risques [...]

Stratégie : restez couverts Même si ce numéro du GEAB est assez optimiste, entrevoyant la fin du tunnel de transition centrée sur la mise en place d’une paix au Moyen-Orient, nous [...]

Articles en relation
Geta Grama-Moldovan
15 Nov 2019

Investissements, tendances et recommandations (nov 2019)

#énergie #euro #finance #investissement #or #petrole

Entrée en bourse d’Aramco : un autre game-changer Saudi Aramco est une magnifique illustration du problème que nous voyons commencer à se résoudre en 2020 avec la mise en place d’un [...]

Geta Grama-Moldovan
15 Nov 2019

Euro digital : de l’Eurozone à Eurozon.com

#cryptomonnaies #euro #Eurozone #finance #gafa #investissement

Nous anticipons depuis un an l’arrivée des monnaies digitales de banques centrales (MDBC). Et c’est notamment les discours de Christine Lagarde au FMI qui nous avaient mis la puce à [...]

Geta Grama-Moldovan
15 Nov 2019

Colère des peuples : « It’s politics, stupid ! »

#chine #democratie #europe #géopolitique #societes

Les révoltes populaires croissent et se multiplient : après les printemps arabes, Occupy Wall Street, Indignados, Maïdan, voici les votes populistes, gilets jaunes, Irak, Algérie, manifestations contre le réchauffement climatique, Hong-Kong, [...]