Home Rubrique en vrac…ce que nous n’avons pas la place de développer mais dont nous voulons absolument vous parler

GEAB 142

Le bulletin mensuel du Laboratoire européen d'Anticipation Politique (LEAP) - 15 Fév 2020

Rubrique en vrac…ce que nous n’avons pas la place de développer mais dont nous voulons absolument vous parler

Pétrole/Libye : Guerre ou collapsus du schiste US ?

En Libye, le général Haftar, soutenu notamment par les Américains, ne lâche pas. La raison en est simple : il agit sur ordre pour bloquer les puits de pétrole du pays qui voit sa production s’effondrer, contribuant ainsi à soutenir un peu les cours du brut en pleine déroute … et ralentissant l’implosion de la bulle du schiste américain par la même occasion. Rappelons le piège dans lequel les Américains se sont mis tout seuls avec leur schiste : la relance de leur industrie pétrolière liée au développement de cette technologie était conçue au départ pour assurer à l’économie US l’énergie bon marché dont elle avait besoin alors que la menace du pic pétrolier faisait anticiper une flambée des prix ; problème : ils ne sont pas les seuls à avoir anticipé ce pic et les politiques de diversification menées dans le reste du monde ont retardé/annulé l’arrivée du pétrole cher ; or, pour rembourser les énormes emprunts contractés, les entreprises du schiste avaient besoin d’un cours mondial élevé pour leurs exportations ; schiste US + diversification monde = prix toujours plus bas, et la crise d’insolvabilité de l’industrie du schiste américain[1] va bientôt taper sur le système financier déjà ultra-fragilisé. Une partie de la planète est prête à encaisser ce choc, mais les Etats-Unis sûrement pas. Les armes pourraient donc se déchaîner dans les prochains jours ou semaines en Libye (et au-delà[2]). Mais les Etats-Unis risquent de se trouver vite isolés : les Français sont aussi européens et à ce titre tiraillés entre les deux camps (Haftar/el-Sarraj), quant aux Saoudiens et Russes, ils ont un intérêt beaucoup moins vital que les Américains au blocage des puits libyens : en effet, l’effondrement du schiste US remettra en selle la capacité de contrôle des prix par l’OPEP+, ainsi que l’industrie pétrolière traditionnelle malmenée par l’aventurisme US. Si la guerre se renforce et s’étend, les cours remonteront ponctuellement comme nous l’avons anticipé (mars, avions-nous dit). Mais d’autres scénarios encore plus inattendus pourraient se mettre en place… 

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Au sommaire

Par ce néologisme « futurite », nous souhaitons révéler une maladie de l’avenir dont le processus de développement débute par une carence, suivie d’une explosion et se termine par une gigantesque poussée [...]

Ces dix dernières années, on nous a raconté que si l'économie mondiale avait bien été touchée par la crise financière globale (CFG) de 2008/2009, elle était en train de se [...]

Or : prêt à briller encore plus fort ? 2019 a été une grande année pour les métaux précieux (MP). Après le pic de 2016, l'or a connu deux années [...]

Articles en relation
GEAB
15 Sep 2022

Balkans 2023 : inflation, crise économique, exode des jeunes, tensions sociales… cocktail explosif !

#balkans #géopolitique #gouvernance

Article rédigé par Pierre-Alix Pajot, enseignant en Histoire-Géographie, il a réalisé un stage de fin d'études à l'ambassade de France à Sarajevo. Ses travaux ont porté dans un premier temps [...]

GEAB
15 Sep 2022

Tour d’horizon transatlantique ou comment l’Europe et les Amériques vont entrer dans l’hiver 2022-2023

#amériques #étatsunis #europe #géopolitique #gouvernance #societes

Dans les périodes les plus troubles, notre méthode d’anticipation politique nous pousse à revenir aux faits de l’avenir, et à élargir notre vision. Pour y voir plus clair, un de [...]

GEAB
15 Sep 2022

Que restera-t-il de l’Europe lorsque son marché de consommateurs aura disparu ?

#géopolitique #gouvernance #monde #societes

(Lettre ouverte aux Atlantistes européens) L’OTAN et les cercles Atlantistes pavoisent éhontément à propos de la superbe unité affichée par le camp allié « grâce » aux souffrances de l’Ukraine : « Qui aurait [...]