Home Les bulletins GEAB GEAB 142 Rubrique en vrac…ce que nous n’avons pas la place de développer mais dont nous voulons absolument vous parler

GEAB 142

Le bulletin mensuel du Laboratoire européen d'Anticipation Politique (LEAP) - 15 Fév 2020

Rubrique en vrac…ce que nous n’avons pas la place de développer mais dont nous voulons absolument vous parler

Pétrole/Libye : Guerre ou collapsus du schiste US ?

En Libye, le général Haftar, soutenu notamment par les Américains, ne lâche pas. La raison en est simple : il agit sur ordre pour bloquer les puits de pétrole du pays qui voit sa production s’effondrer, contribuant ainsi à soutenir un peu les cours du brut en pleine déroute … et ralentissant l’implosion de la bulle du schiste américain par la même occasion. Rappelons le piège dans lequel les Américains se sont mis tout seuls avec leur schiste : la relance de leur industrie pétrolière liée au développement de cette technologie était conçue au départ pour assurer à l’économie US l’énergie bon marché dont elle avait besoin alors que la menace du pic pétrolier faisait anticiper une flambée des prix ; problème : ils ne sont pas les seuls à avoir anticipé ce pic et les politiques de diversification menées dans le reste du monde ont retardé/annulé l’arrivée du pétrole cher ; or, pour rembourser les énormes emprunts contractés, les entreprises du schiste avaient besoin d’un cours mondial élevé pour leurs exportations ; schiste US + diversification monde = prix toujours plus bas, et la crise d’insolvabilité de l’industrie du schiste américain[1] va bientôt taper sur le système financier déjà ultra-fragilisé. Une partie de la planète est prête à encaisser ce choc, mais les Etats-Unis sûrement pas. Les armes pourraient donc se déchaîner dans les prochains jours ou semaines en Libye (et au-delà[2]). Mais les Etats-Unis risquent de se trouver vite isolés : les Français sont aussi européens et à ce titre tiraillés entre les deux camps (Haftar/el-Sarraj), quant aux Saoudiens et Russes, ils ont un intérêt beaucoup moins vital que les Américains au blocage des puits libyens : en effet, l’effondrement du schiste US remettra en selle la capacité de contrôle des prix par l’OPEP+, ainsi que l’industrie pétrolière traditionnelle malmenée par l’aventurisme US. Si la guerre se renforce et s’étend, les cours remonteront ponctuellement comme nous l’avons anticipé (mars, avions-nous dit). Mais d’autres scénarios encore plus inattendus pourraient se mettre en place… 

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Au sommaire

Par ce néologisme « futurite », nous souhaitons révéler une maladie de l’avenir dont le processus de développement débute par une carence, suivie d’une explosion et se termine par une gigantesque poussée [...]

Ces dix dernières années, on nous a raconté que si l'économie mondiale avait bien été touchée par la crise financière globale (CFG) de 2008/2009, elle était en train de se [...]

Or : prêt à briller encore plus fort ? 2019 a été une grande année pour les métaux précieux (MP). Après le pic de 2016, l'or a connu deux années [...]

Articles en relation
Geta Grama-Moldovan
15 Juin 2020

Investissements, tendances et recommandations (jun 2020)

#cryptos #dollar #finance #investissement #petrole

Pétrole : déplacement d’un autre centre de gravité La Chine, premier importateur de pétrole, est en train de finaliser la sécurisation de son système d’approvisionnement énergétique. Sa stratégie est fondée sur [...]

Geta Grama-Moldovan
15 Juin 2020

Energie 2020-2050 : La Cop26 doit tracer la voie vers un avenir énergétique intelligent

#énergie #finance #gouvernance #monde #petrole

Aujourd'hui, les producteurs, les distributeurs et les investisseurs d'énergie du monde entier font face à une triple difficulté : baisse de la demande, baisse de la capacité et guerre des [...]

Geta Grama-Moldovan
15 Juin 2020

Le monde d’après : émergence du citoyen numérique souverain

#bitcoin #cryptos #finance #GAFAM #investissement #monde #societes

Les données numériques sont le nouvel or noir : l’adage est connu, les enjeux le sont moins. Avec la pandémie de Covid-19, le monde a réussi en deux mois deux années [...]