Lire le communiqué public
Perspectives
pic-geab-108 Grand isolement US : quand la finance mondiale se détourne du système dollar, le précipice est proche

Le grand isolement volontaire des États-Unis actuellement à l’œuvre vis-à-vis du reste du monde était jusqu’à présent surtout géopolitique, comme nous l’avons maintes fois analysé dans ces pages, un isolement qui ne peut qu’empirer quel que soit le résultat de l’élection présidentielle (pour Trump, ce sera par absence de politique étrangère ; pour Clinton, par la violence de celle-ci). À cette dimension politique s’ajoute maintenant un domaine jusque-là épargné, un domaine qui était d’ailleurs au cœur de la puissance des États-Unis dans le monde d’avant — pas étonnant donc qu’arrive l’instant où lui non plus ne peut plus tenir —, à savoir la finance.

L’affaire Deutsche Bank : un épouvantail bien utile

Lorsqu’ils sont en difficulté, les États-Unis utilisent sans cesse la même méthode de camouflage de leurs problèmes grâce au déballage au grand jour des problèmes des autres, l’Europe se trouvant être régulièrement le dindon de la farce. Quand donc le monde ébahi apprend l’amende record de 14 milliards de dollars que les États-Unis infligent à la Deutsche Bank[1], on regarde certes avec horreur les exactions commises par cette banque[2], mais on doit également regarder les intérêts que sert cette sanction. De nombreux commentateurs y ont vu une petite vengeance après l’amende d’Apple en Europe[3], une explication non négligeable, mais il y a plus important. En mettant en difficulté la plus grande banque européenne, les États-Unis ont réussi à centrer le débat sur les problèmes des banques européennes en général. Malgré l’étonnante stabilité financière en Europe après toutes ces années de tourmente (en partie grâce aux injections de la BCE, il ne faut pas l’oublier, même si celles-ci servent probablement plus la finance mondiale que les intérêts européens), nous ne prétendons pas que le secteur bancaire européen n’a aucun problème, loin de là[4]. Mais nous prétendons qu’il est un épouvantail bien pratique pour détourner le regard des difficultés US. Car les titres des articles au sujet de la Deutsche Bank sont alarmistes : faillite imminente, bail-out nécessaire, contagion aux autres banques européennes, voire prochaine crise en vue[5], etc.

Or, sans parler de la croissance économique des États-Unis qui n’en peut plus de faiblir comme on le voit sur le graphique suivant[6], l’incapacité de la Fed de relever ses taux d’intérêt est révélatrice de la faiblesse de l’économie du pays.

fig1Figure 1 – Croissance officielle de l’économie US par trimestre (en rythme annualisé) depuis janvier 2015. Source : Trading Economics.

Le marché du travail est toujours à la peine, malgré l’annonce d’un chômage autour de 5 % seulement, qui ne reflète rien de la réalité quand on regarde le taux d’emploi au plus bas depuis les années 1970 (en résumé, la baisse du taux de chômage n’est que le fruit de la baisse du taux d’emploi).

fig2Figure 2 – Taux d’emploi (bleu, échelle de gauche) et de chômage (rouge, échelle de droite) aux États-Unis depuis 2007. Source : FRED.

Autre illustration : malgré un dollar toujours au plus haut, Bayer se permet de racheter Monsanto[7], et Danone WhiteWave[8], etc., comme si la vieille Europe se payait les États-Unis (à l’inverse de ce ... Lire