Home Blog Synthèse du rapport de la Fed sur une potentielle monnaie de banque centrale américaine

Synthèse du rapport de la Fed sur une potentielle monnaie de banque centrale américaine

Nous publions ici une synthèse traduite du rapport Money and payments: the U.S Dollar in the age of digital transformation publié par la Réserve Fédérale américaine ce mois-ci. Cette publication officielle fera l’objet d’une analyse et d’une anticipation dans le GEAB 162 du mois de février 2022 : E-U$D : la Fed et les U.S patienteront… au risque qu’il soit trop tard.

Ce document n’a pas pour but de promouvoir un résultat politique spécifique, ni de signaler que la Réserve fédérale prendra une décision imminente sur l’opportunité d’émettre une monnaie digitale de banque centrale (MDBC) américaine.

Les décideurs et le personnel de la Réserve fédérale ont étudié de près la MDBC pendant plusieurs années, guidés par la conviction que toute MDBC américaine devrait, entre autres choses, offrir des avantages aux ménages, aux entreprises et à l’ensemble de l’économie qui dépassent les coûts et sont conformes à la législation en vigueur.

– offrir aux ménages, aux entreprises et à l’économie en général des avantages supérieurs aux coûts et aux risques ; et

– produire de tels avantages plus efficacement que les méthodes alternatives

– compléter, plutôt que remplacer, les formes actuelles de monnaie et les méthodes de fourniture de services financiers ; et

– protéger la vie privée des consommateurs

– protéger contre les activités criminelles ; et

– bénéficier d’un large soutien des principales parties prenantes.

L’analyse initiale de la Réserve fédérale suggère qu’une éventuelle MDBC américaine, si elle était créée, répondrait le mieux aux besoins des États-Unis en étant protégée par la confidentialité, intermédiée, largement transférable et vérifiée par l’identité. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, ce document n’a pas pour but de promouvoir un résultat politique spécifique et ne prend pas position sur le sujet.

Alors que les Américains détiennent depuis longtemps de l’argent principalement sous forme numérique […] une MDBC serait différente de l’argent numérique existant disponible pour le grand public parce qu’une MDBC serait une responsabilité de la Réserve fédérale, et non d’une banque commerciale.

Une MDBC pourrait potentiellement offrir une série d’avantages. Par exemple, elle pourrait fournir aux ménages et aux entreprises une forme électronique pratique de monnaie centrale, avec la sécurité et la liquidité que cela implique. Donnerait aux entrepreneurs une plate-forme sur laquelle ils pourraient créer de nouveaux produits et services financiers ; favoriserait des paiements plus rapides et moins coûteux (y compris les paiements transfrontaliers) ; et élargirait l’accès des consommateurs au système financier. Une CBDC pourrait aussi présenter certains risques et soulever diverses questions politiques importantes, notamment la manière dont elle pourrait affecter la structure du marché du secteur financier, le coût et la disponibilité du crédit, la sécurité et la stabilité du système financier et l’efficacité de la politique monétaire.

La Réserve fédérale n’a pas l’intention de procéder à l’émission d’une CBDC sans un soutien clair de l’exécutif et du Congrès, idéalement sous la forme d’une loi d’autorisation spécifique.

La Réserve fédérale est également en train de mettre en place un nouveau service de règlement interbancaire pour les paiements instantanés, le FedNow Service, dont le lancement est prévu en 2023. Ces services de paiement instantané permettront aux banques commerciales de fournir des services de paiement aux ménages et aux entreprises 24 heures sur 24, tous les jours de l’année les bénéficiaires ayant un accès immédiat aux fonds transférés. La croissance de ces services de paiement instantané pourrait également réduire les coûts et les frais associés à certains types de paiements.

En outre, une multitude de services axés sur le consommateur et accessibles via des appareils mobiles ont rendu les paiements numériques plus rapides et plus pratiques.

Certains de ces nouveaux services de paiement, cependant, pourraient poser des risques pour la stabilité financière, l’intégrité du système de paiement et d’autres risques. Par exemple, si la croissance des services de paiement non bancaires devait provoquer un déplacement à grande échelle de l’argent des banques commerciales vers les non-banques, l’absence de protections équivalentes à celles qui accompagnent l’argent des banques commerciales pourrait introduire un risque de fuite ou d’autres instabilités dans le système financier.

Un test crucial pour une CBDC potentielle est de savoir si elle s’avérerait supérieure à d’autres méthodes qui pourraient répondre aux problèmes décrits dans le présent document.

Cependant, en tant que responsabilité de la Réserve fédérale, une CBDC ne nécessiterait pas de mécanismes tels que l’assurance-dépôts pour maintenir la stabilité du système financier.

La CBDC serait l’actif numérique le plus sûr accessible au grand public, sans risque de crédit ou de liquidité.

Un modèle intermédié faciliterait l’utilisation des cadres existants du secteur privé en matière de protection de la vie privée et de gestion de l’identité, tirerait parti de la capacité d’innovation du secteur privé et réduirait les risques de perturbations déstabilisantes du système financier américain, qui fonctionne bien.

Une CBDC pourrait potentiellement servir de nouvelle base au système de paiement et de pont entre les différents services de paiement, qu’ils soient traditionnels ou non.

Elle pourrait également maintenir la centralité d’une monnaie de banque centrale sûre et fiable dans un contexte de croissance rapide.

Un autre avantage potentiel d’une CBDC émise par les États-Unis pourrait être de préserver le rôle international dominant du dollar américain.

Le rôle international du dollar profite aux États-Unis, notamment en réduisant les coûts de transaction et d’emprunt pour les ménages, les entreprises et le gouvernement américains. Le rôle international du dollar permet également aux États-Unis d’influencer les normes du système monétaire mondial.

Il est toutefois important de considérer les implications d’une situation future potentielle dans laquelle de nombreux pays étrangers et unions monétaires pourraient avoir introduit des CBDC. Certains ont suggéré que, si ces nouvelles CBDC étaient plus attrayantes que les formes existantes du dollar américain, l’utilisation mondiale du dollar pourrait diminuer – et une CBDC américaine pourrait contribuer à préserver le rôle international du dollar.

Dans certaines juridictions, cependant, les paiements numériques ont rapidement supplanté les espèces. Alors que l’utilisation de l’argent liquide aux États-Unis est passée de 40 % des transactions en 2012 (12 % en valeur) à 19 % en 2020.

Si ces tendances devaient se confirmer aux États-Unis, les consommateurs pourraient souhaiter avoir la possibilité de disposer d’une monnaie de banque centrale numérisée qui, comme les espèces, ne présenterait aucun risque de crédit ou de liquidité.

 

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Articles en relation
Extraits
14 Sep 2022
gratuit

Prochainement le GEAB 167 : Fin de règne de la centralité de l’Europe dans le monde

Extraits
14 Juil 2022
gratuit

Prochainement le GEAB de juillet, une édition spéciale sur l’espace. Au sommaire

Extraits
13 Juin 2022
gratuit

Prochainement le GEAB 166. Au sommaire