Home Crise humanitaire globale 2020-2030 : De l’éradication de la pauvreté à l’éradication des pauvres

GEAB 159

Le bulletin mensuel du Laboratoire européen d'Anticipation Politique (LEAP) - 15 Nov 2021

Crise humanitaire globale 2020-2030 : De l’éradication de la pauvreté à l’éradication des pauvres

Il n’y a pas de doute que l’inconscient collectif occidental se sent menacé par une humanité trop nombreuse.

Tout concourt à ce sentiment diffus[1] :

. le retour post-pandémique à la vie et aux foules de rue subitement rendues insupportables par comparaison au calme des confinements ;

. la mise en évidence d’un monde non-occidental dix fois plus nombreux que « nous », questionnant nos sociétés, nos identités, nos modèles ;

. l’obsession environnementale qui a transformé les humains en ennemis systémiques de notre bonne mère Nature ;

. la crise existentielle liée à la remise en question de l’utilité des êtres humains, ni travailleurs (à cause de la tech) ni consommateurs (à cause de la pollution) ;

. la disparition en Occident de la pensée sociale et humaniste au profit d’une pensée environnementale et naturaliste ;

. les difficultés croissantes de nos systèmes sociaux écrasés sous le poids de 30 années de désinvestissement libéral, du vieillissement de la génération Babyboom, et des surcoûts liés à la pandémie et à ses conséquences  (chômage, appauvrissement, maladies physiques et psychiatriques, drogue,…) ;

. la mise à distance graduelle du monde opérée par la remontée des frontières, le rapport flou à la réalité des humains branchés au monde virtuel, et le contrôle de l’information relançant le processus classique de déshumanisation des « Autres », ces masses sans visages grouillantes et menaçantes venues d’ailleurs ;

. le totalitarisme trans-humaniste qui s’installe ;

. les fantasmes de décroissance qui accompagnent tout cela et qui supposent sans oser le dire une décroissance démographique pour commencer…

Le pessimisme ambiant se nourrit à la fois du sentiment d’exaspération croissante envers les Autres mais aussi de l’horreur qui naît à la perspective des conséquences de ce sentiment, à savoir l’acceptation graduelle du laisser-mourir (social), voire du faire-mourir (géopolitique).

Nous anticipons qu’au cours des 5 à10 prochaines années, ce sont des centaines de millions d’individus qui vont disparaître prématurément de la surface de la terre de diverses manières.

Ce grand délestage humain est en germe tout autant dans l’effondrement des systèmes sociaux (évoqué ci-après) que dans les montées de tensions géopolitiques (que nous abordons dans l’article suivant).

Insécurité alimentaire, famine 

En 2015, le nombre de décès par an était estimé à 59 millions. Une étude de l’Université d’Oxford[2] calcule une baisse d’au moins 6 mois en moyenne de l’espérance de vie dans 29 pays (essentiellement Europe, Etats-Unis et Chili) entre 2019 et 2020. La Covid entre bien entendu en compte dans cet effondrement impressionnant ; mais elle n’explique pas tout. Par exemple, le fait que les Etats-Unis et la Lituanie enregistrent les plus fortes chutes (respectivement 2,2 et 1,7 années de perdues chez les hommes !) ne s’explique pas par une incidence supérieure de la Covid sur ces populations.

Après avoir décliné ces 20 dernières années (largement grâce à l’éradication de la pauvreté en Chine), depuis 2016, la famine dans le monde augmente, affectant environ 10% de la population mondiale[3]. Dès juin 2020, les Nations Unies sonnaient l’alarme, appelant à une action immédiate pour éviter à des « centaines de millions » de gens (on y est déjà !) de mourir de faim[4]. Plus récemment, on parle de 320 millions de personnes ayant perdu accès à leurs besoins alimentaires[5]. Les pays touchés sont le Yémen, la Syrie, l’Afghanistan, mais aussi la RD Congo, le Honduras, l’Inde[6], le Brésil et l’Amérique du Sud[7], …

Figure 1 – Les points chauds de la faim dans le monde. Source : GZERO, 2021

 

Selon certains calculs, près de 8 millions de personnes sont mortes de faim depuis le début de l’année. A titre de comparaison, la Covid a tué 5 millions de personnes en près de 2 ans. Mais la Covid tue indistinctement tandis que la famine ne tue que les pauvres…

Loin de nous l’idée que nos dirigeants ne cherchent pas sincèrement à s’occuper du problème. Mais ils ne tiennent pas les cordons de la Bourse. A titre d’exemple, le président Biden s’enorgueillit des 10 milliards qu’il a réussi à trouver pour financer un programme pluriannuel « Feed the Future » de lutte contre la faim dans le monde[8]. 10 milliards, de qui se moque-t-on ?… Les marchés financiers brassent pendant ce temps non pas des dizaines, ni des centaines mais des milliers de milliards… à l’échelle d’ailleurs des dettes des Etats. Que peuvent bien faire nos politiques dans ce contexte ?

Aux Etats-Unis, grâce à l’aide, le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire (10,5%) n’aurait pas augmenté entre 2019 et 2020. Mais la question reste entière pour 2021, année de mise en évidence de la crise des chaînes d’approvisionnement. La population affolée vide les rayons des magasins et entasse chez elle des réserves alimentaires, aggravant le problème[9]. Inflation, disruptions de l’approvisionnement et déserts alimentaires[10] peuvent se combiner en vraie catastrophe humanitaire dans « le pays le plus riche du monde ».

En Europe, l’insécurité alimentaire est très inégalement répartie : entre 3,5 et 20% selon les pays pour une moyenne autour de 7% malgré la richesse et les filets sociaux du continent.

Et l’avenir est sombre. La presse unanime anticipe une aggravation des crises alimentaires qui est bien entendu systématiquement associée à la Crise Climatique[11], celle contre laquelle on ne peut rien à part réduire la population ou l’appauvrir pour pouvoir financer des avenirs technologiques hypothétiques…

Grande démission, suicides, drogues

A force d’annoncer la disparition de l’emploi, les employés prennent le large. Burnouts, suicides au travail, pression insoutenable sur des salariés à qui l’on répète qu’on n’a pas besoin d’eux, qu’on ne les garde que pour éviter de gonfler les chiffres du chômage,

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Au sommaire

La première guerre mondiale fut le résultat de jeux d’alliances indépassables devenus anachroniques. L’alliance à la fois dépassée et indépassable du XXIème siècle, c’est celle avec l’Amérique : dépassée parce que [...]

Le FMI a déjà commencé à revoir à la baisse ses projections de croissance en 2021 pour les Etats-Unis (de 7 à 6%), l’Asie (de 7,6 à 6,5%), la zone [...]

La crise Covid a mis à rude épreuve toutes les banques centrales, et plus encore les européenne et américaine qui portent sur leurs épaules une part significative du poids de [...]

Une nouvelle génération de traders s’est installée en 2020 durant les confinements successifs. Si elle ne change pas les règles du jeu sur les marchés financiers, elle est révélatrice d’une [...]

Bitcoin – Salvad’orisation Bukele, le jeune président du San Salvador, se frotte les mains de la prise de valeur du Bitcoin qu’il a fait adopter comme monnaie officielle de son [...]

Articles en relation
GEAB
15 Nov 2021

Economie globale 2022 : Et si la croissance n’est pas au rendez-vous…

#crise #croissance #economie #Inflation

Le FMI a déjà commencé à revoir à la baisse ses projections de croissance en 2021 pour les Etats-Unis (de 7 à 6%), l’Asie (de 7,6 à 6,5%), la zone [...]

GEAB
15 Oct 2021

Dollar – Le temps presse

#crise #dollar #finance #monnaies

Le dollar ne s’effondrera que suite à une décision américaine de le laisser s’effondrer. Or les Etats-Unis sont désormais dans une situation qui les rapproche du moment où ils vont [...]

GEAB
15 Oct 2021

Luxe – Un modèle économique futuro-compatible

#economie #Inflation #luxe #monde

En août dernier, Bernard Arnault (LVMH) passait devant Jeff Bezos (Amazon) dans le classement des personnes les plus riches du monde.  Les géants du luxe affichent des performances en bourse [...]