Home Europe 2025 : construite pour la paix, gouvernée par la guerre

GEAB 183

Le bulletin mensuel du Laboratoire européen d'Anticipation Politique (LEAP) - 15 Mar 2024

Europe 2025 : construite pour la paix, gouvernée par la guerre

© Kerozen Concept (AI generated)

© Kerozen Concept (AI generated image)

Le projet européen survivra-t-il au moment orwellien dans lequel il s’est empêtré ? L’Union européenne, qui a martelé sa vie durant qu’elle était l’unique garante de la paix sur le continent, assume pleinement de mettre son fonctionnement au service de la guerre, pour garantir la paix, bien entendu. Dans le célèbre roman 1984, Georges Orwell anticipait un inversement total du sens des mots par un pouvoir totalitaire arborant la devise « La guerre, c’est la paix »[1]. Si l’auto-proclamée incarnation de la paix en Europe se fixe pour principal objectif le financement de la guerre, à travers la relance d’une industrie de défense, doit-on comprendre que « La paix, c’est la guerre » ?

Les institutions européennes et leurs représentants ont ignoré, au point d’oublier, que la paix n’est jamais acquise. Ce n’est pas faute d’avoir alerté sur ce risque. En 2006, Franck Biancheri, fondateur du GEAB, rappelait sans détour que « l’histoire européenne nous a appris que les rêves et les cauchemars étaient les deux faces de la même pièce. […] Ces slogans absolus, « L’Europe fait la Paix ! », en ne laissant aucune place aux doutes, aux questions, aux incertitudes, projettent une vision complètement inverse de l’avenir »[2].

Nous y sommes donc, l’avenir s’inverse[3].

Figure 1 – illustration du slogan complet de l’INGSOC, le pouvoir totalitaire du roman de Georges Orwell. Source : UAU Posters

Nous avons défendu dans notre numéro de janvier que l’année 2024 serait marquée par l’attentisme propre aux années d’élections. Par conséquent une explosion des diverses tensions restera relativement contenue jusqu’à la fin de l’année. Nous anticipons à présent que ces tensions, qui fissurent déjà l’édifice européen, le plongeront dans un état de guerre « totale » dès le début de l’année 2025.

Une guerre « totale » dans le sens où elle ne concerne pas seulement l’engagement stratégique en Ukraine bien que cette confrontation militaire soit bien partie pour durer. Connaissant pour l’instant un embourbement, les combats reprendront avec plus d’intensité d’ici la fin de l’année. Les Ukrainiens se retrouveront sacrifiés sur l’autel de l’endiguement de la Russie, tant les Occidentaux ont intérêt à ce que la guerre se prolonge. Les seules tentatives de résolution diplomatique du conflit viendront du Global South mais resteront, d’ici à 2025 en tout cas, infructueuses.

En matière d’économie l’UE vient de mettre sur pied un plan inédit de relance de son industrie de défense sur le long terme. Ce plan révèle à la fois une prise de conscience des lacunes de l’Europe « puissance », une volonté d’utiliser la guerre pour relancer l’industrie et l’économie européenne à travers le secteur de la défense ; mais aussi les limites et divisions au sein des institutions européennes qui profitent in fine aux Etats-Unis en renforçant l’OTAN et l’industrie de défense américaine.

Ces divisions sont visibles au niveau politique en premier lieu, la campagne des élections européennes débute en foire d’empoigne dans laquelle les couteaux sont tirés, entre partis politiques, tout comme en leur sein. Si cela concerne la quasi-majorité des États-membres (Allemagne France, Italie, Portugal, Grèce, Pays-Bas, Roumanie…) les groupes parlementaires européens n’en sont pas exempts (regardons côté PPE par exemple). Sur le plan social, il sera délicat de retenir l’explosion de la bombe. Étant entendu clairement au niveau européen qu’à l’issue des élections le Security Deal remplacera le Green Deal, les préoccupations sociales et écologiques des citoyens se verront adressées une fin de non-recevoir. Or nous avons atteint des profondeurs dans la crise systémique globale telles qu’il devient impossible d’empêcher les confrontations ouvertes, et les laissés pour compte sont nombreux. C’est là le devenir de l’Union européenne que nous explorons dans l’article 2025 : l’Europe fragmentée implose sous la pression de la guerre.

Aux Etats-Unis, une incarnation des divisions et tensions s’observe dans la fracture générationnelle entre les candidats à l’élection présidentielle et la force électorale de la jeune génération. Vieille recette, nouvelle époque, le gouvernement appelle en renfort une personnalité plus rassembleuse que Joe Biden pour mobiliser l’électorat jeune, c’est plus accessible que d’envisager une réforme du système représentatif… Nous consacrons donc un article à Taylor Swift – Élections américaines : contraste générationnel.

Au niveau global, les tensions transparaissent plus que jamais dans l’institution symbole de la paix globale, l’ONU. Le Conseil de sécurité ne garantit plus la sécurité des plus vulnérables, et reflète de moins en moins les rapports de forces internationaux, sa réforme se fait donc on ne peut plus pressante. Nous détaillons de possibles scénarios dans l’article ONU 2024 : réformer le Conseil de sécurité ou le laisser mourir.

Enfin, nous ne pouvions consacrer tant de pages à la guerre et aux confrontations sans se pencher sur les outils futurs capables de servir les processus de paix. Toujours prêts à prendre le contre-pied des évidences, nous évaluons ce mois-ci en quoi les intelligences artificielles peuvent se montrer utiles pour prévenir ou régler des conflits, alors qu’elles sont pour l’instant mobilisées comme technologie militaire : 2030 – Les Intelligences Artificielles au service de la Paix.

Puisque nous nous refuserons toujours à abandonner nos lecteurs à des projections d’avenir exclusivement fatalistes, nous emprunterons une fois de plus les mots de Franck Biancheri, étant donné que le projet européen tel que nous l’avons toujours envisagé, et l’envisagerons toujours est « fondé sur la rationalité, sur la conscience des difficultés inhérentes au chemin emprunté, sur l’importance d’y associer les Européens, sur la lucidité quant au risque d’échec, et sur un principe de processus sans finalité « utopique» ; en un mot, qu’il est un espoir, un espoir européen. »

Abonnez-vous pour lire le numéro en entier

__________________

[1]     La devise complète étant « La guerre, c’est la paix ; l’ignorance, c’est la force ; la liberté c’est l’esclavage ». Source : Wikipedia

[2]     Source : Franck-Biancheri.eu, 24/10/2024

[3]     A ce propos nous vous renvoyons aussi vers notre GEAB 151 du 15/01/2021 (post-Covid) « De l’autre côté du miroir » dans lequel nous décrivions comment nos destins seraient pris dans une tension extrême : « la traversée du miroir digital pour la totalité de l’économie et de la société mondiale, le complet basculement d’Ouest en Est des dynamiques économiques et civilisationnelles, le renversement du centre de gravité entre Europe et Etats-Unis de la relation transatlantique, le déplacement de l’action citoyenne dans la sphère cyber, l’effacement des générations ayant connu le temps où il n’y avait pas internet, etc… »

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Au sommaire

Impossible relance de l'industrie de la défense européenne, confrontations politiques et sociales, désaccords stratégiques, divergences diplomatiques… « L’Europe s’est construite dans les crises », a jusqu’ici été une devise historiquement vérifiable. Le [...]

On compte plus de 30 000 civils tués à Gaza depuis le début des offensives israéliennes, et pourtant le veto américain bloque chaque résolution de cessez-le-feu proposée par le Conseil [...]

Alors que deux conflits chauds, Ukraine/Russie et Israël/Gaza, embrasent le monde à notre porte, et dans lesquels les protagonistes refusent toute négociation de paix sans défaite totale de leur adversaire [...]

Elle est l’égérie de la jeunesse américaine, mais aussi européenne (et pas seulement anglophone) et mondiale bien sûr. Les vues de ses vidéos se chiffrent en centaines de millions, ses [...]

La guerre a de longs jours devant elle En ligne avec notre article sur l’Europe et l’Ukraine, nous considérons que l’industrie de la défense a de longs et beaux jours [...]

Articles en relation
GEAB
15 Avr 2024

Investissements, tendances et recommandations (avr)

#bitcoin #finance #investissement #or

Bitcoin halving, positionnement à très court terme Dans la continuité logique de notre article sur la récupération du Bitcoin par les Etats-Unis, nous vous recommandons de continuer à vous positionner [...]

GEAB
15 Avr 2024

Retour sur le calendrier électoral 2024 : signaux faibles d’un monde qui change

#afrique #calendrier #chine #Inde #taiwan

Si deux élections focalisent les regards du monde, les élections européennes de juin et la présidentielle américaine du 5 novembre, d’autres scrutins se calent sur le calendrier international et méritent [...]

GEAB
15 Avr 2024

Entreprise post-ChatGPT : accélération de l’émergence de l’entreprise-État

#chatGPT #economie #IA #societes

Marie-Hélène Caillol, Présidente de LEAP et autrice de cet article, se base ici sur les travaux menés avec le Pôle Excellence Real-Futur de la business school INSEEC-MSc, dont elle est [...]