Home GEAB 161

GEAB 161

Le bulletin mensuel du Laboratoire européen d'Anticipation Politique (LEAP) - 15 Jan 2022
L'Extrait public

Faisceau de grandes tendances

L’année 2022 s’annonce bien compliquée… Après la grande pause de 2020, 2021 a tenté de faire croire que les choses allaient reprendre leur cours normal. Au lieu de cela, comme nous l’avions anticipé dès le début de l’année, chaque ébauche de reprise a provoqué de nouvelles fractures de l’ancien système : disruptions, inflation, démission. L’avenir a bien du mal à reprendre son cours. Même si l’on sait qu’il repose sur le bon usage que l’on fera des nouvelles technologies, pour l’heure, faute de vision réaliste et de capacité politique, les gigantesques montants d’argent libérés par les Etats pour financer cet avenir ont tendance à se perdre : armement, corruption,[1]

Sans compter qu’il faut du temps pour mettre en place les nouveaux outils du prochain modèle économique. Pendant au moins 10 ans encore, nos dirigeants vont devoir faire face à la tache vertigineuse de :

. ralentir le rythme de l’économie « ancien-modèle » (dans un monde fragmenté et concurrentiel)

. tout en continuant à financer le prochain modèle (alors que l’argent va manquer du fait du précédent point)

. en faisant émerger une vision « commune » d’un avenir « réaliste » (au milieu de la grande cacophonie à ce sujet)

. tout en réaffirmant leurs valeurs démocratiques (alors que l’autoritarisme semble la voie la plus facile pour adresser les autres points)

. et alors qu’ils seront sous le coup d’un profond questionnement du modèle d’Etat-nation (du fait des chocs économiques liés au premier point).

En cet an 2 de l’ère nouvelle, notre équipe estime que la caractéristique tendancielle la plus puissante des mois à venir devrait être ce « grand ralentissement contrôlé » facilité par la remontée des taux et la critique croissante des dynamiques de progrès. Les Chinois montrent d’ailleurs la voie en se repliant sur eux-mêmes et en lançant leur projet socialiste de redistribution des fortunes créées au cours des 30 dernières années. L’Occident quant à lui aura plus de mal à contrôler le processus, devant continuer à subir son habituel mélange de crises et de réactions pour aboutir au même résultat… peut-être.

Au sein de cet Occident, toujours la même incertitude : l’Europe parviendra-t-elle à emprunter sa voie propre ? celle qui ouvrira le chemin de la réinvention d’une gouvernance mondiale.

Pour les Européens, tout continue à se jouer en Ukraine. Nous devrions être fixés cette année : guerre ou réforme de l’OTAN ? Sachant qu’un allié puissant au déblocage de la situation est clairement le Moyen-Orient qui, libéré du joug américain et grâce aux Accords d’Abraham, est en train de se positionner d’après nous comme un « berceau civilisationnel du monde-d’après ».

Tout ceci suggère à notre équipe une dynamique de double crise, celle du monde-d’avant et celle du monde-d’après dont tous les fondamentaux imaginés à la décennie précédente, pré-Covid, doivent faire l’objet d’une révision complète.

C’est un vrai « moratoire sur l’avenir » que nous allons connaître. Il donnera sans doute l’impression d’un retour à l’ancien système qui, épuisé, aura bien du mal à résister au poids d’une société piaffant d’impatience aux portes de son avenir (nouvelles générations, acteurs économiques ou « réformateurs » de tous bords).

Quelques dates-pivots de l’année 2022

Pour ancrer dans la réalité notre théorie de tendances, plaçons sur notre carte de l’année quelques grandes dates structurantes :

Tout le premier semestre de l’année, l’UE sera sous présidence française, une présidence très forte d’un pays actuellement bien repositionné au niveau européen et mondial, visant à réaffirmer le projet européen tout en le réorientant le plus possible suivant une ligne de souveraineté européenne. Les grands axes de transformation sont notamment :  l’espace Schengen, le pacte migratoire, l’Europe de la Défense, le réengagement de l’Europe dans son voisinage – notamment dans les Balkans, le New Deal Euro-Africain, l’élaboration d’une vision du modèle de croissance de l’Europe à l’horizon 2030, la création d’un marché unique du numérique, la mise en place de niveaux de rémunération adéquats, la réforme des critères budgétaires issus du traité de Maastricht[2], la célébration des 35 ans d’Erasmus, la rédaction d’une histoire européenne, la capitalisation sur les travaux de la Conférence sur l’Avenir de l’Europe pour une Europe humaine (en attendant qu’elle soit démocratique)[3], sans oublier le rôle de l’Europe dans un contexte de gouvernance multilatérale (Forum de Paris sur la Paix initié par le président français E. Macron en 2018)[4].

En février, les JO de Pékin, nous donneront la mesure du succès des politiques occidentales d’isolement de la Chine ainsi que des indices sur la stratégie de repositionnement international de l’Empire du Milieu.

En avril, l’élection française fournira un indicateur majeur sur l’avenir des impulsions données par la Présidence française de l’UE : le projet d’Europe humaniste verra-t-il son essai transformé ? ou bien un coup de volant identitaire attend-il Français et Européens ?

En juin, le sommet du G7 se tiendra en Bavière dans le cadre de la présidence allemande pour faire le point sur l’agenda de l’Allemagne : Covid, environnement, Chine, Russie… où la priorité environnementale sera utilisée pour réaffirmer l’impératif de coopération avec la Chine, et la priorité de paix justifiera la nécessité de renouer le dialogue avec la Russie, dans le cadre d’un G7 surtout voué à tenter de calmer l’ « allié » américain. C’est le Japon qui prendra la suite de l’Allemagne en 2023.

En juin également, le Sommet de l’OTAN accueilli par l’Espagne à Madrid avait vocation à enfoncer le clou sur la question du multilatéralisme et de la diversification des missions de l’Organisation[5]. Mais, depuis lors, les tensions croissantes avec la Chine et la Russie ramènent tout le monde au business as usual du China-Russia bashing. Cela dit, d’ici juin, nous continuons à faire vœu d’optimisme quant à la possibilité d’une percée positive sur le front ukrainien (dont nous nous expliquons plus loin) apte à reposer une relation euro-russe plus féconde et une OTAN réformée.

En novembre, le XXème Congrès du Parti Communiste chinois devrait maintenir au pouvoir Xi Jinping à l’issue d’une année dédiée à la stabilité dans la transition. La Chine doit en effet à la fois se replier sur elle-même et réduire les cadences de son appareil productif, tout en évitant une diminution de la classe moyenne ; elle vise à l’auto-suffisance en matière alimentaire et technologique ; à une croissance harmonieuse fondée sur une reprise douce de la démographie intérieure et sur la redistribution des richesses ; à sécuriser son territoire et son limes sans créer de choc géopolitique. Un véritable exercice d’équilibriste et, en cas d’échec, une remise en question du grand timonier actuel.

En novembre, les élections de mi-mandat aux Etats-Unis promettent déjà une vague républicaine qui, selon ce qui se sera passé en Europe avant cela, aboutira au repli de l’Amérique sur elle-même ou bien à l’entrainement de tout l’Occident dans une logique de conflictualisation globale outrancière.

 

GlobalEurope 2022[6] : Cahier de 30 tendances et anticipations[7]

SANTÉ

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Au sommaire

Bien chers lecteurs, Une nouvelle année s’ouvre, seizième anniversaire du GEAB dont l’équipe estime qu’il devrait désormais être déclaré d’utilité publique. Alors que la santé mentale vacille dans tout l’Occident, [...]

Entre le film Ready Player One et les annonces tonitruantes de changement de nom de Facebook en Meta, le public docile de l’avenir que nous sommes pourrait finir par imaginer [...]

L'économie chinoise s'est encore affaiblie en août 2021 après qu'une nouvelle vague de Covid ait freiné les dépenses de consommation. Pour relancer l'économie après la crise sanitaire, le pays a [...]

Investissements – La voix de la raison Au regard de notre cahier de tendances et de tous les points d’incertitude relevés, nous incitons à la méfiance sur les deux segments [...]

Articles en relation
GEAB
15 Mai 2022

Investissements, tendances et recommandations (mai)

#art #bitcoin #cryptos #investissement #lithium

Marchés financiers : Retour du concret // Cryptos : Saisir les opportunités // Marché de l’art – Des options pour tous types d’acheteurs // Lithium – Extraction et traitement, deux [...]

GEAB
15 Mai 2022

NFT, numérisation, métavers… Demain, le marché de l’art contemporain sera à la portée de tous

#art #finance #investissement #metavers #NFT

Le marché de l’art s’est adapté au choc de 2020 à une vitesse impressionnante. Le fait que les investissements florissent dans ce secteur, que la conjoncture macroéconomique soit bonne ou [...]

GEAB
15 Avr 2022

Investissements, tendances et recommandations (avr 2022)

#bitcoin #cryptos #immobilier #investissement #or #petrole

Bitcoin & co poursuit son bonhomme de chemin // Or : les grandes incertitudes favorisent les solutions historiques // Prix de l’immobilier : Amsterdam, Paris, Stockholm, Zurich, Munich, Francfort, en [...]