Home EDITO – L’Europe à l’heure du désenchantement : rêver d’un monde meilleur, se réveiller au milieu d’un champ de bataille

GEAB 153

Le bulletin mensuel du Laboratoire européen d'Anticipation Politique (LEAP) - 15 Mar 2021

EDITO – L’Europe à l’heure du désenchantement : rêver d’un monde meilleur, se réveiller au milieu d’un champ de bataille

La révolution idéologique de l’Union Européenne (UE) impose une révolution structurelle.

2020 a accéléré toutes les tendances de transformation systémique. Mais, en 2021, ce libre envol dans le vide intersidéral de la planète confinée va connaître les turbulences de son entrée dans l’atmosphère du « monde-d’après ».

Depuis 20 ans, les Occidentaux en général, les Européens en particulier, ont rêvé de se libérer de la matière : décroissance, dépollution, dépopulation, … les nouvelles technologies sont venues soutenir ces idéologies avec leurs promesses du « tout dématérialisé ». La pandémie a permis de franchir une étape majeure en direction de cette virtualisation. Elle a aussi permis à l’UE de faire montre de sa pertinence, activant des principes de solidarité, mettant en place des outils financiers à la hauteur des enjeux continentaux, se dotant même de vue et d’esprit comme notre article sur la révolution idéologique des institutions européennes le montre.

Dans le calme de la pandémie, l’UE a formalisé une vraie vision, composée de transition écologique et digitale, de résilience et de souveraineté stratégique, concourant à ce que certains au sein des institutions appellent – à juste titre – une « révolution idéologique », assortie d’outils financiers et de grands plans de relance permettant d’en assurer la mise en œuvre. Mais le monde est un endroit dangereux. En 2021, la Belle au Bois Dormant (Europe) se réveille et découvre un monde différent de celui qu’elle a rêvé pendant son sommeil, questionnant fortement le modèle de gouvernance commune qui avait semblé se consolider l’an dernier. Aussi, nous estimons que la « révolution idéologique » européenne ne passera pas le test de la réalité sans une réforme structurelle équivalente (on ne passe pas le mur du son avec un avion de tourisme – aussi chargé de super-kérozène soit-il).

S’éveiller à un monde ultra-concurrentiel

Il va tout d’abord falloir faire le bilan d’un marqueur-clé de l’efficacité de la gestion européenne de la pandémie, à savoir la campagne de vaccination. Celle-ci est clairement un échec[1], en tout cas du point de vue de la rude réalité d’un monde multipolaire ultra-concurrentiel. Dans notre « camp », Anglais, Américains et Israéliens – pour ne citer que les plus évidents – ont mis en production/attiré à eux les vaccins dont ils avaient besoin au détriment de l’UE qui a joué une carte responsable et solidaire[2] – ô combien justifiée ![3] mais perdante à l’aune des compétitions sanglantes qui se jouent au sein d’un Occident dont les membres sont tous obsédés par l’idée de gagner/garder/regagner leur leadership mondial.

D’un point de vue stratégique, on déduira de cette expérience que :

. la loi de la jungle règne dans un camp « allié » où le chacun-pour-soi et les coups bas sont la norme ;

. dans la compétition entre « alliés » qui émerge à chaque fois que l’occasion se présente[4] en lieu et place des coopérations attendues, la complexité et la moralité de l’entité UE en font un acteur lent qui perd à tous les coups ;

. si l’UE est trop lente par rapport au cadre concurrentiel, elle est trop rapide du point de vue des réalités systémiques (répétons que tout démarrage empressé promet des catastrophes comme les perspectives d’inflation et de remontée des taux le suggèrent déjà) et du point de vue de sa structure (l’UE va en réalité trop vite pour les temps de réaction que sa taille impose à ses manœuvres, comme les décisions monétaires récentes de la BCE le prouvent[5]).

Ces remarques aident à comprendre que l’UE va devoir choisir entre deux modèles :

. d’un côté, un modèle « libéral » composé de petits acteurs rapides en compétition les uns avec les autres évoluant au gré d’alliances conjoncturelles et ponctuelles, l’obligeant à laisser toute latitude aux Etats européens de mener les stratégies servant au mieux leurs intérêts individuels – loi du plus fort, coups bas, guerres commerciales, hacking à tout-va… caractériseront ce monde, aussi bien vis-à-vis du reste de la planète qu’entre pays européens, faisant renaître à court-moyen-termes le spectre des guerres intra-européennes (quoi qu’on en pense et quelles qu’en soient les formes)

. de l’autre, une gouvernance organisée fondée sur la coopération, les logiques gagnant-gagnant, la maîtrise du temps,… qui se justifie du point de vue de la paix et de l’équilibre mondial mais qui mettra invariablement l’UE en retard sur les acteurs à gouvernance simple que sont le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou la Chine dans la course aux chiffres.

… A moins qu’elle n’arrive à fusionner les deux modèles (agilité et cohérence globale) ce qu’elle ne pourra faire qu’en optant d’abord pour le second modèle.

Viser plus haut

A l’énoncé de cette injonction paradoxale, une idée essentielle se fait jour : les principes du modèle européen n’ont désormais de sens que dans le cadre d’une gouvernance mondiale organisée qui reste à inventer. De là, découle cette anticipation : si l’UE n’est pas en mesure de contribuer de manière décisive et à court terme désormais à l’émergence de nouvelles instances de gouvernance mondiale transparentes, efficaces et démocratiques (TEDI)[6] intégrant les caractéristiques systémiques du XXIe siècle, elle aura cessé d’exister en 2030, voire avant cela, car ses membres vont reprendre les uns après les autres, d’une manière ou d’une autre, leur « indépendance » : les uns faisant fi des principes d’état de droit (Pologne, Hongrie[7]), les autres rejetant l’Europe sans frontières (pays de l’est…) ou s’opposant à la notion d’autonomie stratégique (Suède[8]), etc.

La tenue du prochain G20 cette année en Italie sous mandat de Mario Draghi[9] fournit l’occasion d’annoncer quelque chose de vraiment intéressant. Nous voyons dans notre article sur la révolution idéologique de l’UE que les ambitions européennes sont fortes en la matière. Autant de raisons d’espérer… Mais le risque est que ce prochain G20 ne soit qu’une réunion de plus, sans vision et sans inspiration, dédiée à des questions comptables qui feront bailler à s’en décrocher la mâchoire les citoyens du monde.

Nous avons déjà dit que c’est autour de la Méditerranée orientale, entre Europe, Balkans, Moyen-Orient et Afrique, en emmenant Etats, Unions, populations et même religions (à finir de rendre compatibles), et en invitant Etats-Unis, Russie et Chine comme observateurs, que l’UE pourrait commencer à inventer l’organisation du XXIe siècle.

Commentaires

Pour laisser un commentaire, abonnez-vous
Au sommaire

Intégration d’une démarche prospective ouverte au processus décisionnel, volonté d’y associer les citoyens, stratégies visionnaires et ambitieuses… mais qu’arrive-t-il à la Commission européenne ?! Notre junior team s’est plongée dans une [...]

Que l'on croie ou non à la prophétie de saint Malachie qui a identifié le pape François II comme Pierre le Romain (le dernier d'une lignée de 112 papes), une [...]

Après des années de prix déprimés en raison des ventes à découvert et de la distraction des crypto-monnaies, le prix de l'argent (silver, le métal) semble actuellement en meilleure forme [...]

Petit guide de l’investisseur en temps de reflation/inflation Dans le contexte actuel d’extrême incertitude, nous vous avons concocté une série de huit recommandations et conseils pratiques pour traverser cette période [...]

Articles en relation
GEAB
15 Juin 2021

Document stratégique España 2050 – Promesse déçue

#anticipation #Espagne #europe #gouvernance

Le projet « Espana 2050 », présenté par le gouvernement Sanchez le 20 mai dernier, rassemble sous forme de 9 défis, 50 objectifs et 200 propositions, un ensemble de mesures de réforme [...]

GEAB
15 Juin 2021

Global Britain – Chine 2021-2024 : La rivalité systémique fondamentale

#chine #géopolitique #GlobalBritain #monde

Alors que Biden met de l’eau dans le vin de la rhétorique américaine anti-chinoise - en annulant par exemple les mesures prises par Trump contre TikTok et WeChat, notre équipe [...]

GEAB
15 Mai 2021

Signe des temps – Le clan Berlusconi prend le contrôle de l’Europe des médias

#europe #medias #politique

Une news business lourde de sens politique : les géants français et italien des médias Vivendi (Bolloré) et Mediaset (Berlusconi) jettent l’éponge sur leurs différends, chacun reprenant ses billes et son [...]